ANCOVART - Le jardin pittoresque de la fin du XVIIIe siècle et son devenir
Vous êtes ici : Accueil > Les formations d’ANCOVART > Les journées régionales de formation > Le jardin pittoresque de la fin du XVIIIe siècle et son devenir
Publié : 28 juillet 2015

Le jardin pittoresque de la fin du XVIIIe siècle et son devenir

compte rendu de la journée de formation Ile-de-France du 30 mars 2015

Hubert Robert (1733-1808) est un peintre de paysages aimables, de ruines romaines habitées par de petites silhouettes charmantes, paysans et paysannes élégants et rustiques.
Il a vécu les belles années de la fin de l’Ancien Régime, puis, en 1793 et 1794, il a peint geôliers et prisonniers des cachots de la Terreur avec la même affabilité.

On le sait moins, il a aussi été intimement lié à un petit groupe d’aristocrates progressistes, influencés par Rousseau et prônant un retour à la Nature, qui ont été très investis dans la création de jardins irréguliers qui sont autant de moments de Paradis fixés sur la Terre. Robert a participé à la création de plusieurs parcs. Celui de Méréville n’a pas été « mis au goût du jour » au XIXe siècle : il reste un témoin rare de cette époque si élégante et fragile.

Le compte rendu complet de cette journée régionale de formation de l’Ancovart en Ile-de-France est consultable dans l’espace adhérent.