ANCOVART - Inaction ou réaction ?
Vous êtes ici : Accueil > Chroniques, billets > Inaction ou réaction ?
Publié : 6 mars 2015

Inaction ou réaction ?

Un billet de Patricia.

Patricia FEUGEY, adhérente ANCOVART, et nouvelle administratrice craint pour sa profession de guide conférencière (son identité professionnelle et son travail quotidien).
Elle constate le silence autour des problèmes que nous connaissons et l’oppose à la publicité outrancière faite aux guides "d’occasion".
Elle nous envoie ce billet destiné à l’origine aux collègues de sa région, où elle vous appelle à réagir.

Chers collègues,

  • Vous aimez votre boulot ? Vous voulez le garder ? Si oui, alors vite, il faut agir !

Vous avez peut-être vu le JT (France 2) d’hier soir : sinon voici de quoi vous réjouir : http://pluzz.francetv.fr/videos/jt20h_,118680512.html (voir après la 37e minute - à chercher par vous même si l’adresse n’est plus valide, désolée !) On y constate bien la différence entre une professionnelle et une "dilettante".
Vous avez le souci de fournir des prestations de qualité, vous aimez votre ville et votre région, et vous n’aimeriez pas non plus que lors de vos vacances, un guide vous déçoive, alors il faut réagir ! on ne peut pas laisser les "greeters" et "médiateurs" nous supplanter ...
Avez-vous tous signé la pétition ? http://www.mesopinions.com/petition/art-culture/soutien-aux-guides-conferenciers/13370. Avez-vous pensé à la proposer à vos proches et amis ?

Nous ne pourrons sauver notre carte que si nous faisons bloc : pensez à adhérer à l’Ancovart qui chaque jour entreprend des démarches : contacts avec la presse, rencontres régulières avec les différentes instances et ministères, manifestations, pétition. On ne peut plus aujourd’hui compter sur les autres ! dépenser 25 euros, c’est quoi ? Rien par rapport à tout ce que l’association propose : il y a aussi la possibilité pour le salariés d’être conseillés par un juriste. Auriez-vous, par exemple, déjà oublié la période durant laquelle nous nous étions réunis pour obtenir les congés payés, puis ensuite pour avoir le rappel sur 5 ans ?
Allez-vous sur le site ? Lisez les derniers articles, les dernières brèves sur http://www.ancovart.fr/

En étant membre, vous ne donnerez que plus de force à notre action : une association a besoin d’être constituée d’un nombre important d’adhérents pour être reconnue. http://www.ancovart.fr/spip.php?article5
Vous n’êtes pas sans savoir que chaque année il y a un congrès national avec un thème de formation : cette année ce fut Lodève (et l’agropastoralisme), l’année prochaine, ce sera St Quentin, puis ensuite peut-être Beauvais...
Ce congrès est une occasion unique de rencontrer des collègues, de se faire non seulement des amis aux 4 coins de l’hexagone, mais c’est aussi une formation sur le patrimoine et les arcanes de notre profession en pleine évolution avec publication d’un bulletin annuel.
Il y a aussi les journées régionales qui ont lieu en semaine ou sur le week-end : la prochaine pour la Picardie aura lieu le 15 mars.

L’Ancovart n’est pas un parti politique, ce n’est pas non plus un syndicat, c’est uniquement une association professionnelle qui nous permet de découvrir de nombreuses choses dans le cadre des VPAH. Tous les guides n’ont pas la chance de bénéficier d’une formation continue organisée par nos animateurs de l’architecture et du patrimoine. Ne l’oubliez pas non plus... ce label est une preuve de qualité et nous devons aussi tout faire pour le garder !

Si nous voulons être reconnus, il faut aussi porter notre badge ou notre carte de guide conférencier. Et il faut en défendre l’existence.
Si notre carte de guide devait disparaitre face à la concurrence dans le cadre de la simplification de la vie des entreprises, alors dites vous bien que vous devriez de ce fait payer et faire la queue pour rentrer dans les musées ! Comment alors préparer notre travail et nous former ?

Vingt cinq euros, le coût d’une adhésion, cela n’est rien comparé avec les économies en temps et en droits d’entrée. Cela n’est rien non plus pour préserver notre avenir professionnel, également mis en danger par les audio-guides !

Au nom de l’Association Nationale des guides-conférenciers des Villes et Pays d’art et d’histoire ANCOVART, je vous remercie.

Patricia