ANCOVART - Contre la réforme du statut de guide-conférencier
Vous êtes ici : Accueil > ATTENTION : Projet de Réforme > Contre la réforme du statut de guide-conférencier
Publié : 27 mars 2015

Contre la réforme du statut de guide-conférencier

Les formations professionnelles de guide-conférencier en jeu

Nous avons soutenu dans nos écrits et nos contacts que le projet de réforme du statut de guide-conférencier, avec la suppression de la carte professionnelle et l’ouverture à des personnes non qualifiées, ne pouvait mener au mieux qu’à la dévalorisation des formations professionnelles de guide-conférencier, au pire à leur quasi-disparition.
C’est pourquoi il est intéressant de connaître l’avis de responsables coté formation universitaire sur ce projet de réforme.

Brice DUTHION, Patrick Courtin, et Sylvain Zeghni, responsables de formation de licences professionnelles de guide-conférenciers nous livrent une tribune dans laquelle ils argumentent le "mal-fondé" de cette réforme.

Après un large tour d’horizon des perspectives de développement du tourisme culturel en France, ils abordent la spécificité de notre profession, en démontrent l’intérêt, et expliquent les risques à supprimer la réglementation qui nous concerne.
Nous ne pouvons qu’être d’accord avec cette analyse globale, l’argumentation et les conclusions.

Cet article présente de plus l’avantage d’un éclairage circonstanciel sur le pourquoi et le comment de ce projet. Cela nous conforte dans l’idée d’une approche inadaptée du gouvernement sur ce problème.
Pour nous les raisons se trouvent dans le décalage, voire les contradictions entre d’une part le souci d’alignement aux directives européennes et d’autre part la réalité du marché et les réels enjeux au niveau de la profession et de sa place dans le tourisme culturel.

Si la France veut prendre la vague du développement touristique mondial, jouer un rôle majeur dans ce domaine, elle ne pourra le faire qu’avec des outils, une organisation, des réglementations, des structures et des professionnels à la hauteur des enjeux et des politiques. Casser la profession de guide-conférencier en France pour s’aligner sur les moins-disants de l’UE ne va pas vraiment dans le bon sens pour le tourisme culturel français et la valorisation de notre patrimoine.

Alors mettons le problème des guides conférenciers sur la table pour aborder les vrais questions, faire un état des lieux et trouver des solutions pour les aider et en faire des acteurs efficaces d’une politique du tourisme culturel volontaire. Il sera alors temps de légiférer en connaissance de cause.

Documents joints