ANCOVART - Une victoire pour les guides-conférenciers
Vous êtes ici : Accueil > Projet de Réforme > Une victoire pour les guides-conférenciers
Publié : 11 juillet 2016

Une victoire pour les guides-conférenciers

communiqué de presse

Après de longs mois de lutte, les guides-conférenciers ont enfin obtenu la reconnaissance de leur carte professionnelle et de la notion de « visite guidée », impliquant l’obligation de faire appel à eux pour toutes les visites de musées ou de monuments historiques, quel que soit l’opérateur proposant ces prestations.

Cette reconnaissance est en effet officielle, désormais inscrite dans l’article 109 de la Loi n°2016-925 du 7 juillet 2016, relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine (Loi CAP) et venant de faire l’objet d’une publication dans le Journal Officiel.
https://jo.toutelaloi.fr/JORFTEXT000032854341

La Fédération Nationale des Guides Interprètes et Conférenciers (FNGIC), le Syndicat National des Guides-Conférenciers (SNG-C) et l’Association Nationale des Guides Conférenciers des Villes et Pays d’Art et d´Histoire (Ancovart) se félicitent de cette avancée majeure, qui n’aurait pas été possible sans le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, avec lequel les organisations sont entrées en relation suivie dès le mois de décembre 2014, en particulier celui de Madame Jacqueline Eidelman, qui a su entendre et défendre avec ardeur la cause des guides-conférenciers, les considérant comme de vrais professionnels de la culture.

Une action méthodique et fructueuse

Ce résultat n’aurait pas non plus été possible sans les nombreuses manifestations que les associations professionnelles ont co-organisées et financées, à Paris et dans plusieurs régions, sans le soutien moral et financier des adhérents à la fédération, et à leurs nombreux courriers, déterminants, adressés aux députés et sénateurs.
Enfin, cette avancée a également pu être obtenue grâce au travail assidu des élus de ces associations, conseillés et guidés par des experts juridiques dans ce long processus qu’est celui de l’élaboration d’une loi, grâce également à la coopération entre la FNGIC , le SNG-C et Ancovart, particulièrement étroite et solidaire depuis décembre 2014. Les trois organisations ont su tenir un discours responsable et constructif auprès des divers interlocuteurs officiels.

Les organisations professionnelles restent impliquées et vigilantes

S’il convient de saluer l’article 109 de la Loi CAP, la prochaine étape importante résidera dans la transposition de la directive sur la reconnaissance des qualifications professionnelles, dans les textes réglementaires concernant les guides-conférenciers. Face à une volonté probable, de la part du gouvernement, d’élargir l’accès de la profession de guide-conférencier, la position des organisations professionnelles restera ferme et déterminée. Accepter de négocier ne signifie pas transiger sur le niveau et la spécificité des qualifications qui devront être à la hauteur de ce qui a été défendu jusqu’à présent.

Ce sera la prochaine cause à défendre, la plus grande vigilance étant de mise, aujourd’hui plus que jamais.

Paris, le 11 juillet 2016