ANCOVART - 2012 janvier : Les as du patrimoine entre découvertes et inquiétudes
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Revue de presse > 2012 janvier : Les as du patrimoine entre découvertes et inquiétudes
Publié : 25 janvier 2012

2012 janvier : Les as du patrimoine entre découvertes et inquiétudes

Le Dauphiné

Les as du patrimoine entre découvertes et inquiétudes

Leur credo ? Faire chanter le patrimoine pour mieux le mettre à disposition des oreilles du grand public. Les membres de l’Association Nationale des Guides Conférenciers des Villes et pays d’Art et d’Histoire (Ancovart) ont choisi une cité au patrimoine à la richesse infinie, nichée dans une région non moins intéressante, pour organiser leur congrès annuel.

Le choix de Vienne n’est donc pas uniquement lié au fait que la présidente de l’association, Delphine Godefroy, y est guide conférencière : « C’est une ville qui a fait beaucoup de travaux sur ses monuments, qui s’appuie sur un plan patrimoine… Vienne est ville d’Art et Histoire depuis 1990 et dans le cadre du transfert de compétences à la communauté d’agglo, il existe un projet de Pays d’Art et Histoire ».
L’évolution du statut des guides au cœur des débats

Les congressistes, attendus dès demain pour une journée de conférences consacrées à Vienne et au Pays Viennois, vont ainsi passer les deux journées suivantes à visiter le territoire et ses joyaux (musée de Saint-Romain-en-Gal, etc.) Ils seront vendredi à Grenoble, autour d’une thématique archéologique, avant d’achever leur périple, samedi, dans la région de Paladru.

Les 125 participants attendus (sur 300 membres de l’association), tiendront également leur assemblée générale, jeudi matin au théâtre de Vienne, avec en toile de fond une réflexion autour de l’évolution de leur statut de guide : « À partir de mars 2012, il n’y aura plus qu’une seule carte de guide, celle de guide conférencier, là où il y en avait quatre avant. Nous avons peur que dans les plus petites villes d’Art et Histoire, éloignées des grands centres, il n’y ait plus assez de personnes assez diplômées, compte tenu de la précarité de cette activité », résume Delphine Godefroy.

par Ph.F. le 30/01/2012